Snapchat Art : le premier musée immatériel ?

 

Le 3 octobre 2017, l’entreprise Snap Inc. inaugure, en partenariat avec l’artiste et l’homme d’affaire Jeff Koons, une nouvelle fonctionnalité à sa célébrissime application Snapchat : Snapchat Art. Davantage qu’un simple filtre, Snapchat Art se révèle être un pas décisif pour le monde artistique au sein de l’économie du numérique.

Snapchat, une application destinée à la jeunesse

Si Snapchat n’est « que » le 8ème réseau social au monde, loin derrière le géant Facebook et ses 2 milliards de profils actifs, l’application peut pourtant se targuer de détenir la part belle du marché des moins de 25 ans, qui représentent aujourd’hui près de 71% de ses utilisateurs. Snapchat est ainsi devenu le premier outil de communication des 14-18 ans et 65% des snapchaters sont des femmes. C’est donc en toute logique que l’entreprise d’Evan Spiegel et Bobby Murphy ne cesse, depuis ces 2 dernières années, de proposer des applications destinées à ce public-cible.

Snapchat et l’art contemporain : une rencontre hors-cadre.

Après les divers filtres, la géolocalisation tant polémique qu’elle n’est pas sans rappeler le signe d’une société panoptique si chère à Foucault, Snapchat se lance cette fois-ci sur le marché de l’art. Le concept est relativement simple : lorsque l’application, géolocalise l’utilisateur proche de l’une des œuvres « augmentée », elle le lui indique puis se charge de le guider afin qu’il atteigne le périmètre de la réalité augmentée. Une fois dans le dit-périmètre, il lui suffit tout naturellement d’orienter l’objectif de la caméra de son smartphone en face de lui. Le snapchater, déambulant dans l’un des 21 endroits sélectionnés, se retrouve alors face à certaines œuvres de Koons telles que le Ballon Bunny s’il déambule sur le Champs de Mars ou bien le Balloon Swan alors qu’il profite de la plage de Copacabana à Rio de Janeiro.

Snapchat art : musée éphémère ou symptôme d’un nouveau paradigme ?

« L’Art est partout » : La nouvelle profession de foi de l’application, bien que vertueuse, soulève cependant quelques interrogations.

Le fait que Jeff Koons soit le premier artiste partenaire de ce nouveau type d’exposition « permanente » est loin d’être anodin. Présenté par le site de référence artreview.com en tant qu’« omnipresent neoliberal Pop artist and Balloon dog millionaire », l’ancien démarcheur politique de 62 ans, parfois désigné comme l’hériter de Claes Oldenburg aussi bien que de Duchamp, est un véritable chantre de la société de consommation. Favorisant le gigantisme, les couleurs criardes et la culture pop, le pennsylvanien propose un discours aisément compréhensible pour les utilisateurs de Snapchat : le kitsch est à l’honneur, la consommation de l’œuvre est rapide, spectaculairement « debordienne ».

A cette accessibilité du discours vient s’ajouter celle de la matérialité de l’œuvre. Snapchat art utilise en effet la technologie dite de la réalité augmentée. Utilisée depuis près d’une décennie par les grandes institutions muséales, cette technologie se présente comme la combinaison – et la synchronisation - en temps réel de données numériques et d’un support tangible. Le processus engagé par Snapchat art n’est donc pas sans rappeler l’exposition réalisée en 2010 au sein du MoMa : une exposition invisible à l’œil nu mais qui se dévoile grâce aux écrans de smartphone, augmentant par la même occasion le musée new yorkais d’un septième étage virtuel. Ce qui apparait comme la grande nouveauté de la fonctionnalité de Snapchat est, par conséquent, la constitution d’un musée « hors-murs » durable. Le numérique facilitant sa gestion, ce musée naissant permet de mettre l’art « réellement » à la portée de tous et permet la transgression des frontières socio-culturelles. Bien qu’elle ne présente actuellement qu’un seul artiste, cette nouvelle sorte d’exposition permanente entend bien grossir son catalogue d’œuvres.

Si l’envie vous prend d’aborder les différentes thématiques du sujet plus en détails :

Au sujet de la réalité augmentée et plus largement du numérique, voilà une réflexion intéressante sur l’apport du numérique au sein de nos pratiques socio-culturelles : société

Quelques lignes à propos de la sociologie des réseaux sociaux : sociologie 

Pour toutes nouvelles informations concernant la fonctionnalité snapchat art, le compte twitter du réseau : twitter.

Auteur : Guirec Zéo
Correcteurs : Gwenola Le Menn, Rachel Sarrue, Pauline de Vençay