Préservation du patrimoine médiéval dans les villes de Bretagne

Guérande

© Gallica

La Bretagne, entre Armor et Argoat, les bords de mer et l'intérieur des terres, est considérée comme la 4ème région touristique de France, selon la Région Bretagne. Certes, pour les visiteurs, la mer reste une attraction forte. La côte bretonne est extrêmement découpée. Ce littoral dentelé donne aussi à la côte toute son originalité et représente au total le tiers du littoral français. Mais dès qu'ils commencent à consulter les brochures et à véritablement préparer leur séjour dans la région, les visiteurs découvrent aussi que la Bretagne a bien autre chose à offrir que ses plages.

Le patrimoine breton s’explique par l’histoire de la région

 

La région a une histoire singulière, en effet, distincte de l'histoire de la France jusqu'en 1532, date de "l'union perpétuelle du pays et duché de Bretagne avec le royaume et couronne de France".

 

En fait, jusqu'à cette année-là, la population bretonne, avec à sa tête, selon les périodes, un roi ou un duc, doit en permanence se défendre car elle suscite la convoitise et doit très souvent repousser les envahisseurs, qu’ils soient romains, francs, vikings…

 

Plus tard, dans l'histoire, elle devra aussi se battre contre les royaumes de France et d'Angleterre, mais aussi, alors qu'elle est déjà devenue française, contre les Espagnols comme à Port-Louis. De plus, elle ne sera pas non plus épargnée par les conflits dynastiques et les guerres de succession. En 1532, la Bretagne devient une province française, elle entre dans le giron du royaume de France et sous sa protection. C’est pendant ces temps de guerre et de bataille que sont érigés les châteaux forts, les fortifications des villes, la population venant chercher protection à l'abri des remparts : c'est ce qui explique la présence en Bretagne de nombreuses villes fortifiées médiévales, telles que Dol de Bretagne, Concarneau, Lannion, Hennebont, Montcontour de Bretagne, Malestroit, Fougères, Quintin, Guérande, ....

Les somptueuses maisons à pans de bois, les maisons à pondalez spécifiques à Morlaix ou la construction à la renaissance ou au 17ème siècle, d'enclos paroissiaux tous plus riches les uns que les autres, attestent de l'opulence de ceux qui les font construire : l'activité toilière ou portuaire florissante profite au patrimoine de la cité. La puissance des seigneurs s'exprimait en conséquence par la construction d’édifices civils et  religieux.

Mais aujourd'hui ces riches seigneurs ne sont plus. Alors les collectivités territoriales mettent tout en oeuvre afin de trouver des solutions pour préserver leur patrimoine. Ces villes autrefois prospères peuvent avoir perdu une grande partie de leur population, la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat de 1905 a mis à la charge des communes l'entretien des églises et chapelles, si nombreuses en Bretagne, l'Etat, dans le contexte de décentralisation de plus tend à baisser ses dotations, calculées en tout premier lieu par rapport à la taille de la population.

 

Moyens existants pour permettre aux communes d’assurer l’entretien de leur patrimoine 

Certes, il est toujours possible de solliciter la générosité des habitants. La réaction du public n’est cependant bien sur jamais connue à l’avance : va-t-il répondre ou non à l’appel ? On sait aussi que certains chantiers d’entretien de châteaux accueillent de nombreux bénévoles qui consacrent tout leur temps de loisirs à leur entretien.

En revanche, à l’inverse, certains maires n’ayant pas trouvé d’autres solutions, préfèrent opter pour des positions très radicales : ils mettent en vente le patrimoine de la commune pour ne pas être contraints de recourir à l'emprunt pour son entretien. Pourtant, il existe des solutions réglementaires dont la mise en oeuvre est plus ou moins complexe pour obtenir une protection du patrimoine :

 

- Inscription ou classement au titre des sites

 

- Inscription ou classement au titre des objets ou monuments historiques

 

- Elaboration d'une aire de valorisation du patrimoine

 

- Identification des éléments remarquables au sein d'un Plan Local d'Urbanisme.

 

 

Il existe aussi des dispositifs qui permettent de valoriser tel ou tel élément important de notre patrimoine tels que :

 

- Fondation du patrimoine,

 

Par cette reconnaissance, ce bâtiment est présenté au public et de ce fait, il bénéficie d'une plus grande notoriété. Le classement ou l’inscription à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques est une mesure de protection forte qui reconnaît la valeur patrimoniale unique d’un ensemble immobilier ou mobilier. Par ailleurs, des labels sont nés qui permettent là encore aux collectivités territoriales de mieux se faire connaître : petites cités de caractère, villes d'art et d'histoire, villes historiques. Les communes doivent, pour pouvoir rester homologuées, respecter par convention des obligations en matière de protection et promotion de leur patrimoine. La commune ou le pays ne bénéficie d'aucune ressource supplémentaire mais son nom figure dans les catalogues édités par ces structures et de ce fait, est reconnu comme digne d'intérêt.

 

Rochefort en terre

Rochefort en Terre, la cité du géranium, plus beau village de France en 2015 et petite cité de caractère, avec ses 632 habitants.  © http://www.tropical-parc.com

 

Le classement "Plus beaux villages de France" ne concerne que les communes de moins de 2 000 habitants, qui doivent de pus posséder au moins deux sites ou monuments protégés. Le concept né en Corrèze en 1966 s’est d’abord étendu à la France entière puis a désormais essaimé à l'étranger : plus beaux villages du Japon, plus beaux villages du monde. C’est parce que la Bretagne avait cette obligation de se défendre qu'elle bénéficie aujourd'hui d'un très riche ensemble de villes fortifiées médiévales. Les communes souhaitent conserver leur patrimoine, à l'origine de leur attractivité mais dans un contexte de finances publiques toujours plus restreint, elles cherchent toutes les solutions pour pouvoir entretenir, préserver ces richesses qui datent du Moyen-Age afin de pouvoir les transmettre aux générations à venir.

 

Rédacteur : Michèle Jammet     

Correcteurs : Maria Martin, Guirec Zéo, Lauren Halouze  

 

 

 

Préservation du patrimoine médiéval dans les villes de Bretagne  Objet OLE   La Bretagne, entre Armor et Argoat, les bords de mer et l'intérieur des terres, est considérée comme la 4ème région touristique de France, selon la Région Bretagne.http://www.bretagne.bzh/jcms/TF071112_5061/fr/tourisme   Certes, pour les visiteurs, la mer reste une attraction forte. La côte bretonne est extrêmement découpée. Ce littoral dentelé donne aussi à la côte toute son originalité et représente au total le tiers du littoral français.Mais dès qu'ils commencent à consulter les brochures et à véritablement préparer leur séjour dans la région, les visiteurs découvrent aussi que la Bretagne a bien autre chose à offrir que ses plages. Le patrimoine breton s’explique par l’histoire de la régionLa région a une histoire singulière, en effet, distincte de l'histoire de la France jusqu'en 1532, date de "l'union perpétuelle du pays et duché de Bretagne avec le royaume et couronne de France".En fait, jusqu'à cette année-là, la population bretonne, avec à sa tête, selon les périodes, un roi ou un duc, doit en permanence se défendre car elle suscite la convoitise et doit très souvent repousser les envahisseurs, qu’ils soient romains, francs, vikings….Plus tard, dans l'histoire, elle devra aussi se battre contre les royaumes de France et d'Angleterre, mais aussi, alors qu'elle est déjà devenue française, contre les Espagnols comme à Port-Louis.De plus, elle ne sera pas non plus épargnée par les conflits dynastiques et les guerres de succession. En 1532, la Bretagne devient une province française, elle entre dans le giron du royaume de France et sous sa protection. C’est pendant ces temps de guerre et de bataille que sont érigés les châteaux forts, les fortifications des villes, la population venant chercher protection à l'abri des remparts : c'est ce qui explique la présence en Bretagne de nombreuses villes fortifiées médiévales, telles que Dol de Bretagne, Concarneau, Lannion, Hennebont, Montcontour de Bretagne, Malestroit, Fougères, Quintin, Guérande, .... Les somptueuses maisons à pans de bois, les maisons à pondalez spécifiques à Morlaix ou la construction à la renaissance ou au 17ème siècle, d'enclos paroissiaux tous plus riches les uns que les autres, attestent de l'opulence de ceux qui les font construire : l'activité toilière ou portuaire florissante profite au patrimoine de la cité.La puissance des seigneurs s'exprimait en conséquence par la construction d’édifices civils et  religieux. Mais aujourd'hui ces riches seigneurs ne sont plus.Alors les collectivités territoriales mettent tout en oeuvre afin de trouver des solutions pour préserver leur patrimoine.Ces villes autrefois prospères peuvent avoir perdu une grande partie de leur population,la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat de 1905 a mis à la charge des communes l'entretien des églises et chapelles, si nombreuses en Bretagne,l'Etat, dans le contexte de décentralisation de plus tend à baisser ses dotations, calculées en tout premier lieu par rapport à la taille de la population. Moyens existants pour permettre aux communes d’assurer l’entretien de leur patrimoine Certes, il est toujours possible de solliciter la générosité des habitants. La réaction du public n’est cependant bien sur jamais connue à l’avance : va-t-il répondre ou non à l’appel ?On sait aussi que certains chantiers d’entretien de châteaux accueillent de nombreux bénévoles qui consacrent tout leur temps de loisirs à leur entretien.  En revanche, à l’inverse, certains maires n’ayant pas trouvé d’autres solutions, préfèrent opter pour des positions très radicales : ils mettent en vente le patrimoine de la commune pour ne pas être contraints de recourir à l'emprunt pour son entretien.  Pourtant, il existe des solutions réglementaires dont la mise en oeuvre est plus ou moins complexe pour obtenir une protection du patrimoine :- Inscription ou classement au titre des sites- Inscription ou classement au titre des objets ou monuments historiques- Elaboration d'une aire de valorisation du patrimoine- Identification des éléments remarquables au sein d'un Plan Local d'Urbanisme.Il existe aussi des dispositifs qui permettent de valoriser tel ou tel élément important de notre patrimoine tels que :- Fondation du patrimoine,Par cette reconnaissance, ce bâtiment est présenté au public et de ce fait, il bénéficie d'une plus grande notoriété. Le classement ou l’inscription à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques est une mesure de protection forte qui reconnaît la valeur patrimoniale unique d’un ensemble immobilier ou mobilier. Par ailleurs, des labels sont nés qui permettent là encore aux collectivités territoriales de mieux se faire connaître : petites cités de caractère, villes d'art et d'histoire, villes historiques.Les communes doivent, pour pouvoir rester homologuées, respecter par convention des obligations en matière de protection et promotion de leur patrimoine.     La commune ou le pays ne bénéficie d'aucune ressource supplémentaire mais son nom figure dans les catalogues édités par ces structures et de ce fait, est reconnu comme digne d'intérêt. Le classement "Plus beaux villages de France" ne concerne que les communes de moins de2 000 habitants, qui doivent de pus posséder au moins deux sites ou monuments protégés.  Le concept né en Corrèze en 1966 s’est d’abord étendu à la France entière puis a désormais essaimé à l'étranger : plus beaux villages du Japon, plus beaux villages du monde.                                                                        Rochefort en Terre, la cité du                                                géranium, plus beau village de                                              France en 2015 et petite cité de                                             caractère, avec ses 632 habitants                                 http://www.tropical-parc.com    C’ est parce que la Bretagne avait cette obligation de se défendre qu'elle bénéficie aujourd'hui d'un très riche ensemble de villes fortifiées médiévales.Les communes souhaitent conserver leur patrimoine, à l'origine de leur attractivité mais dans un contexte de finances publiques toujours plus restreint, elles cherchent toutes les solutions pour pouvoir entretenir, préserver ces richesses qui datent du Moyen-Age afin de pouvoir les transmettre aux générations à venir.  Rédacteur : Michèle Jammet     Correcteurs : Maria Martin, Guirec Zéo, Lauren Halouze