Le Printemps des Poètes 2018 : l’inaltérable ardeur des mots

 

6

Un printemps sous le signe de l'ardeur

Source : printempsdespoetes.com

Du 3 au 19 mars 2018, se tient la 20e édition du Printemps des Poètes. A l’instar de la poésie, cette manifestation se veut sans limites et en cette vingtième année, le Printemps des Poètes s’inscrit sous le signe de l’ardeur, dans toute la polysémie qu’implique le mot. De nombreux évènements sont organisés sur l’ensemble du territoire afin de faire entendre et lire l’inaltérable ardeur des mots.

 

 

Faire rimer la poésie avec le monde contemporain :

1

Le logo Le Printemps des Poètes, œuvre de l’artiste plasticien Ernest Pignon-Ernest

Source : printempsdespoetes.com

Le Printemps des Poètes est un projet initié par trois individus, hommes de culture et de lettres. Ainsi, au cours des années 1990, Emmanuel Hoog, l’actuel directeur de l’ Agence France-Presse et ancien président-directeur de l’Institut National de l’audiovisuel, le poète André Velter, notablement connu pour son recueil L’arbre-seul, et l’ancien ministre de la Culture et de la Communication Jack Lang décident de provoquer, selon les mots de Jean-Pierre Siméon, le « retour de la poésie dans l’espace public » par « une action au long cours ».

2 

La première affiche du Printemps des Poètes

Source : printempsdespoetes.com

 

Le 21 mars 1999 est inauguré le premier Printemps des Poètes. S’étalant sur une semaine et diffusé à l’échelle nationale dans les bibliothèques et les établissements scolaires, l’évènement est coordonné par la suite sur l’ensemble du territoire par l’association loi 1901 Printemps des poètes, centre national pour la poésie, soutenue par le ministère de la Culture et de la Communication ainsi que par celui de l’Éducation Nationale. La profession de foi du Printemps des poètes se résume par les maximes suivantes :

« Conseiller et orienter » la multitude d’acteurs de la poésie

« Développer une activité de formation sur la poésie » afin de diffuser le langage poétique

« Encourager la création » pour ensuite la diffuser grâce à l’établissement de « partenariats à l’année » avec des structures diverses et variées telles que la Fondation Orange ou la Casden.

 

Une direction dynamique qui cherche à abattre les frontières

En 2001, le poète et professeur agrégé de Lettres Modernes installé à Clermont-Ferrand, Jean-Pierre Siméon se pare du titre de directeur artistique et développe considérablement Le Printemps des Poètes afin de rendre la poésie « accessible à tout le monde » et de « faire entendre la poésie même là où elle n’est pas attendue, dans l’espace public ». Les rimes abordent l’urbain et les passants, notamment parisiens, peuvent lire ou entendre près du Palais-Royal des vers rimbaldiens. 17 ans plus tard, Sophie Nauleau lui succède et cette docteure en Lettres, productrice d’émissions radiophoniques et cavalière émérite prend les rênes d’une manifestation devenue désormais une institution dans le paysage culturel français.

3

Une « causeuse », chaise réalisée par Michel Gourmet

Source : frenchtouch2.fr

 

Un infini alphabet d’acteurs, d’ateliers et d’évènements

Le Printemps des Poètes se décline tout au long de l’année et investit l’ensemble des structures culturelles et éducatives nationales.

Chaque année, des évènements et des projets poétiques sont organisés sous l’égide de l’association ou en partenariat avec celle-ci : un exemple parmi tant d’autres, École en poésie. Ce label décerné par Le Printemps des Poètes en collaboration avec l’Office Central de la Coopération des Écoles, a pour but de valoriser les établissements scolaires dont la poésie est au cœur du projet pédagogique. Les structures recevant la labélisation sont par la suite accompagnées par un comité de compagnonnage dans l’élaboration d’activités culturelles poétiques. L’ensemble de la production poétique des élèves ainsi que les présentations d’ateliers pédagogiques effectués en cours sont diffusés sur le blog ecoleenpoesie. Ce modèle de labélisation a par ailleurs été décliné à l’échelle d’une ville entière avec le label Ville et village en poésie.

4

L’affiche de la sixième édition sur le thème de la mémoire.

Source : printempsdespoetes.com

 

La quinzaine de mars reste néanmoins le temps fort du projet culturel : la poésie assiège littéralement l’ensemble des pratiques culturelles.

Depuis 2011, le festival Ciné poème est mis en place dans la ville de Bezons, située en Île-de-France. Ce festival de courts-métrages, organisé en partenariat avec Bezons, met en lumière et valorise la poésie cinématographique. Le festival récompense par trois fois les vidéastes, avec le prix du public, celui de la jeunesse ou encore celui du jury dit Prix Laurent Terzieff, en hommage au célèbre acteur décédé en 2010.

 

5

Le logo du Ciné-poème, premier festival de poésie cinématographique

Source : tpebezons.fr

 

Outre le cinéma, les médiathèques et les musées, Le Printemps des Poètes se déclame sur les ondes : si les grandes stations nationales, telle que France Inter, annoncent et participent à la diffusion ainsi qu’aux évènements du Printemps, les stations locales s’attachent également à promouvoir la poésie. Ainsi, la radio morbihannaise Radio Balises propose pour Le Printemps des Poètes 2018 d’enregistrer et de diffuser des « pastilles radiophoniques » et poétiques récitées par le public de la médiathèque de Lorient.

Le Printemps des Poètes est donc davantage qu’une simple manifestation annuelle ayant pour objet la poésie, c’est un projet culturel qui s’inscrit dans le temps long et cherche à démocratiser la belle parole par l’entremise de pratiques, autant orales que visuelles, ainsi que par le biais des structures éducatives, culturelles, et aussi inattendues que peut l’être le mobilier urbain.

Pour en savoir plus

Sur La vingtième édition, placée sous le signe de l’ardeur

Pour apprécier la poésie sur son écran

Auteur : Guirec Zéo

Correctrices et correcteur : Sarah Compagnon, Audrey David, Yann Hellias.