Du Cap Vert à Cap Loire : un bateau fluvial à l’origine de la création d’une structure culturelle

 

 

Un projet patrimoine

Montjean-sur-Loire est une commune située près d’Angers dans le Maine-et-Loire. Au XIXe siècle, grâce au transport de marchandises, notamment de la chaux, elle est considérée comme le premier port de Loire. Dans les années 2000, en raison de son riche passé économique, la ville désire « développer et partager son patrimoine historique et culturel ». Pour cela, en 2001, Montjean-sur-Loire acquiert le Cap Vert, un chaland automoteur qui naviguait autrefois sur la Loire. L’objectif est de remettre le bateau à flot, c’est-à-dire sur le fleuve pour en faire un bateau-musée.

Figure 2 : Le Cap Vert à Château-Gontier
Source : Cap Loire

Brève histoire du Cap Vert

Le Cap Vert est un chaland automoteur de Loire Mayenne et Sarthe construit en 1928 à Nantes aux chantiers « Duteil et Compagnie ». Il est mis à l’eau le 2 septembre 1928 sous le nom de « Ville d’Ingrandes ». Adapté aux écluses mayennaises, il mesure environ 31 mètres de long sur 5 mètres de large. Il est principalement exploité par ses différents propriétaires pour le transport de marchandises, notamment d’arachide. C’est en 1939 que Lucien Branchereau achète ce bateau de charge pour transporter des cacahouètes entre Nantes et les huileries de Château-Gontier. Pour remercier l’huilerie « Marchand de Saint-Fort » qui lui aurait sans doute fait un prêt pour l’acquisition du chaland, il change la devise du navire. « Ville d’Ingrandes » devient « Cap Vert ». Ce nom n’est pas sans rappeler l’île africaine d’où sont originaires les cacahouètes.

Le bateau transportera par la suite d’autres frets comme du sable de Loire. En 1976, son dernier propriétaire fait radier le « Cap Vert » des registres des bateaux navigables. Il sert alors de ponton pour accueillir les gros sabliers de la Loire. Quelques années plus tard, en 1994, il est classé au titre des Monuments historiques en raison de sa coque en acier rivetée.

Protéger et valoriser : des choix complexes

En acquérant le Cap Vert, la commune de Montjean-sur-Loire souhaite intégrer le bateau dans un schéma de valorisation de la Loire et de son histoire. En 2004, le bateau est amené au « Chantier de l’Esclain » à Nantes pour être en partie restauré. Une faiblesse structurelle est alors observée.

Initialement, le Cap Vert devait être directement valorisé sur la Loire grâce à la création d’un bateau-musée. A l’intérieur, la scénographie devait permettre aux visiteurs d’apprécier son histoire et celle de ses mariniers. Sauvegarder un bateau dans son milieu d’origine correspond à l’idéal de la politique de protection au titre des Monuments historiques. Cela garantit une conservation dans des conditions optimales. Toutefois, pour qu’un bateau mis à l’eau puisse recevoir du public, il faut que sa coque ait une épaisseur d’au moins 4 mm. Or, celle du Cap Vert n’en fait que 3. Car classé au titre des Monuments historiques en raison de sa coque rivetée, la Direction Régionale des Affaires Culturelles refuse d’en modifier la structure. Le projet de bateau-musée est alors stoppé.

Figure 3 : Arrivée du Cap Vert à Montjean-sur-Loire

Source : Cap Loire

Un bateau intégré à une structure

Deux possibilités se présentent alors quant à l’avenir du bateau : le mettre sur la Loire mais non accessible au public ou le présenter à terre et l’ouvrir au public. La municipalité de Montjean-sur-Loire privilégia cette deuxième possibilité. Il fut choisi de présenter le bateau à terre en l’intégrant au sein d’une structure, dans des jardins thématiques représentant la flore ligérienne et Montjeannaise. Cap Loire ouvre ses portes en 2011.

Figure 4 : Le Cap Vert dans les jardins de Cap Loire
Source : Cap Loire

Cap Loire, parc de la découverte

Cap Loire est un parc dédié à la batellerie de Loire. Installée dans le bâtiment principal, l’exposition permanente retrace l’histoire et l’évolution des bateaux de Loire de la pirogue monoxyle à l’automoteur. Ce premier espace introduit la visite du Cap Vert, réaménagé pour une famille de mariniers. A bord, trois parties sont visitables, à savoir le poste de pilotage, la cabine de vie et la cale de chargement. Ce bateau est intégré dans un jardin de 11 000 m² représentant la flore caractéristique de la commune et des bords de Loire.

Ainsi, Cap Loire de par la variété de ses espaces est un lieu ouvert sur la batellerie, l’histoire et le territoire.

Rédactrice : Manon Bureau

Correctrices : Laëtitia de Filippis, Laurie Romero, Ophélie Chauvin

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir