Seiz Breur à Saint-Brieuc

 

 

Origine du mouvement Seiz Breur

Le mouvement Seiz Breur est un mouvement artistique celto-breton créé en 1923 en vue de l’exposition internationale des arts décoratifs de Paris prévue en 1925. Jeanne Malivel, Georges Robin et René-Yves Creston sont à l’origine de ce mouvement. Le nom Seiz Breur vient du breton les « sept frères » et fait référence aux sept saints fondateurs de la Bretagne : Paterne, Corentin, Pol Aurélien, Tugdual, Samson, Malo et Brieuc.

Les artistes de ce mouvement sont animés par la volonté de renouveler les arts en Bretagne. Leurs œuvres réutilisent des motifs traditionnels bretons de manière à les moderniser. Il exerce une influence forte sur l'architecture néo-bretonne des années d'après-guerre.

La chapelle Saint-Yves à Saint-Brieuc est un exemple caractéristique du travail effectué par les artistes du mouvement Seiz Breur.

L’ouverture de la chapelle Saint-Yves au public

La chapelle Saint-Yves se situe dans l’ancien grand séminaire de Saint-Brieuc, devenu aujourd’hui la Maison Diocésaine Saint-Yves au cœur du quartier de Cesson. De 1927 à 1969, seuls les prêtres en formation ont accès au séminaire. Laissé ensuite à l’abandon, il est aujourd’hui réhabilité après trois ans de travaux. Les visiteurs peuvent dorénavant entrer à leur guise et découvrir le patrimoine architectural et artistique du lieu.

La chapelle Saint-Yves vue de l’extérieur dans la Maison Diocésaine de Saint-Brieuc

Photographie de Lenaïg Morin

Seiz Breur dans la chapelle Saint-Yves

Intérieur de la chapelle Saint-Yves

Photographie de Lenaïg Morin

La chapelle Saint-Yves, consacrée en 1929, est unique en son genre. En entrant dans la chapelle, nous sommes tout de suite saisis par l’omniprésence des mosaïques. Elles sont noir et blanc, faisant référence aux couleurs du Gwenn-ha-du, et parsemées de Triskell.

Mosaïques au sol de la chapelle

Photographie de Lenaïg Morin

La grille d’entrée a la particularité d’être rivetée plutôt que soudée. Sur le narthex dédié à Saint-Anne et Saint-Joachim ainsi que sur l’autel et les piliers, des mosaïques réalisées par l’artiste Isidore Odorico apportent couleurs et motifs à l’ensemble. Le chemin de croix est, quant à lui, décoratif et abstrait, ce qui rompt avec son aspect traditionnellement figuratif. Au milieu du bâtiment, de nombreux bancs sont disposés, dont les bouts représentent des artichauts, un des légumes phares bretons.

Entre murs colorés et bancs de la chapelle

Photographie de Lenaïg Morin

Au sous-sol se trouve une crypte. Datant de 1949, Sainte-Anne et la Vierge Marie y sont représentées ainsi que des épisodes de l’Ancien et du Nouveau Testament. Les fresques sont peintes par Xavier de Langlais. Elles mêlent le bleu outremer au vert émeraude et l’ocre au rose, couleurs caractéristiques des Seiz Breur.

Etape du chemin de croix, fresque peinte par Xavier de Langlais

Photographie de Lenaïg Morin

En se dirigeant vers le cloître de la Maison Diocésaine, deux grandes fresques représentent l’arrivée de Saint-Brieuc en terre costarmoricaine et les saints bretons rendant hommage à la Vierge Marie et à l’enfant Jésus.

Pour découvrir ce patrimoine briochin, les visites sont libres du lundi au vendredi de 8h15 à 12h30 et de 13h30 à 18h00, le samedi de 9h00 à 12h00 à la 81 rue Mathurin Meheut à Saint-Brieuc.

Rédactrice : Lenaïg Morin

Correctrices et correcteur : Laura Richard, Maria Martin, Khadim Diouf.

Pour aller plus loin :

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir