Présentation

Interview

Jean-Michel Le Boulanger, professeur et co-créateur du Master, répond à nos questions.

 

Le mot d'Emmanuelle Bouzillé, directrice de la formation

Fréquentation des Journées du Patrimoine, des monuments historiques, des Fêtes traditionnelles… autant d’exemples qui attestent le formidable élan de notre société pour son patrimoine, remarquable ou plus banal.

Des métiers nouveaux émergent de cette demande sociale dans les institutions, les associations et les diverses composantes du secteur culturel. Les exemples abondent : conception d’événements culturels ou de produits touristiques, gestion des structures, valorisation des sites patrimoniaux, animation des établissements culturels… La Bretagne, à cet égard, multiplie initiatives et réussites…

Jusqu’en 2002 et l’ouverture de l’IUP Métiers du Patrimoine (devenu Master avec la réforme LMD) à l’Université de Bretagne Sud de Lorient, aucune université bretonne ne développait pourtant de formation spécifique pour ces métiers aux facettes multiples. Une formation bientôt forte de 10 ans de recul et de formation dans l’accompagnement professionnel des étudiants ayant choisi de s’investir dans ces métiers passions.

Pour une formation universitaire spécialisée en ce secteur, l’enjeu est simple : s’il faut bien sûr offrir aux étudiants la possibilité d’acquérir les outils techniques de ces métiers, il faut aussi, et surtout, leur permettre de comprendre, de contextualiser les situations et d’exercer leur curiosité comme leur regard critique.

Dans cet objectif, les enseignements proposés aux étudiants du Master Métiers du Patrimoine de l’UBS leur apportent des connaissances sur la « matière patrimoniale », selon une approche à la fois théorique et transversale (sur le concept de patrimoine par exemple) et  spécifique et plus concrète (pluralité des patrimoines, du patrimoine maritime – spécificité du Master depuis sa création – au patrimoine audiovisuel). Ils leur offrent également les nécessaires éléments d’expertise des patrimoines, de diagnostic des territoires et la maîtrise des outils informatiques, documentaires, de communication et de gestion de projet ou de structures culturels.

Enfin, la Junior entreprise et les stages de Master 1 et de Master 2 immergent les étudiants dans les réalités concrètes des «entreprises culturelles » et les préparent à de futures prises de responsabilité.


En résumé, il s’agit de permettre l’autonomisation des étudiants, des professionnels de demain.

Emmanuelle Bouzillé

 

Inscription au Master

Vous voulez nous rejoindre et vous inscrire au Master ?

Rendez vous sur le site de l'UBS ou accéder directement au dossier d'inscription.

Si vous avez des questions à propos du Master, vous pouvez laisser un message sur la page Facebook du master